Biographe d’entreprise, un métier

L’histoire d’entreprise, en toute objectivité ?

Des méthodes rigoureuses permettent au biographe d’entreprise de travailler en toute objectivité sur l’histoire d’une entreprise.

Le biographe d’entreprise qui enquête sur le passé de son client peut-il rester objectif ? Chez Historien-Conseil, agrée CIR, nous sommes persuadés que c’est possible, et même souhaitable ! Possible, car nous appliquons des méthodes très rigoureuses. Souhaitable, car une histoire d’entreprise authentique garantit une communication vraie et efficace, loin d’un storytelling lisse et formaté. Ainsi, concilier business history et objectivité n’a rien de contradictoire.

Quels sont les risques d’une histoire de commande pour le biographe d’entreprise ?

La commande : un biais assumé

Quel fournisseur ne souhaite pas satisfaire son client, et jusqu’à quel point la recherche de la vérité historique peut-elle entraver ce désir bien légitime ? À cela, Historien-Conseil répond en deux temps. Tout d’abord, nos recherches sont entièrement tracées. Leur objectivité est donc égale à celle des faits et des sources. Par ailleurs, nous disposons d’un savoir-faire en communication permettant d’aborder tous les sujets de façon élégante.

Prendre en compte l’objectif de l’entreprise 

En miroir, la commande d’un livre d’entreprise survient généralement dans un contexte précis, un événement corporate, un anniversaire à célébrer ou une transmission. Le biographe d’entreprise doit alors savoir décrypter les motivations de cette commande, non pas pour s’y opposer, mais plutôt pour intégrer ces aspirations comme une expression de l’entreprise, et chercher à analyser les logiques historiques qui l’ont fait naître.

L’histoire d’entreprise, un objet de recherche vivant pour le biographe d’entreprise

L’historien est confronté au fait que l’entreprise est une organisation vivante, en perpétuelle évolution. L’entreprise n’est pas une entité monolithique : chaque témoin entendu peut en fournir une vision qui lui est propre. Dès lors, comment raconter une histoire cohérente tout en restant fidèle à tous ces récits ? Seule une étude fouillée des documents internes de l’entreprise peut venir corroborer certains récits plutôt que d’autres.

L’accès à l’information

Un autre enjeu stratégique est l’accès à l’information interne de l’entreprise. Il s’agit d’un point que seule une relation de confiance peut lever. Par information, on pense de prime abord aux archives internes de l’entreprise. Mais il ne faut pas omettre l’accès aux témoins. La mémoire des employés est une ressource clef pour comprendre l’histoire de l’entreprise. Leurs témoignages permettent de deviner l’esprit corporate ou esprit de l’entreprise. Constitué des valeurs partagées par ses membres, il se nourrit aussi de son histoire commune, de ses pratiques et de ses modes relationnels. Il faut parfois entrer dans l’intimité de l’entreprise pour le percevoir. À ce titre, la liberté d’enquête du biographe d’entreprise est très intéressante.

Réunion - L'histoire d'entreprise, en toute objectivité ?

La démarche de l’historien biographe d’entreprise, hypothético-déductive ou inductive ?

Le métier de l’historien biographe d’entreprise s’est forgé au cours de plusieurs siècles une véritable déontologie. Malgré tout, les pratiques restent aujourd’hui diverses.

Deux principales démarches opposent les pratiques historiennes dans le monde : l’approche hypothético-déductive et l’approche inductive. La première consiste à formuler une hypothèse et à rechercher des réponses dans tous les champs d’investigation possibles. La démarche inductive, au contraire, s’appuie principalement sur les sources. Une fois établi un corpus bien défini, l’historien analyse, compare et traite les informations. Les questions qu’ils se posent sont celles que lui posent directement les sources ou leurs contradictions.

Cette très courte et schématique description du métier du biographe d’entreprise a ici pour seul objectif de rappeler que la démarche d’Historien-Conseil donne priorité à la source. C’est la raison pour laquelle nous nous appliquons, aux premiers temps de chacune de nos recherches, à constituer un corpus. Nos synthèses présentent le fruit d’une analyse comparée de ce fonds, loin d’une lecture des faits au prisme d’une idée préconçue.

Pour appliquer au mieux cette méthode, Historien-Conseil s’est donc doté de règles et de process largement empruntés aux sciences dures.

Les méthodes Historien-Conseil pour travailler en toute objectivité

Pour conserver un maximum d’objectivité dans la pratique de l’histoire d’entreprise, nous nous appuyons sur un certain nombre de principes et de règles qui nous ont valu l’obtention d’un agrément CIR.

La traçabilité

Chaque information collectée doit être mobilisable à brève échéance, pour justifier nos écrits. Cela suppose une évidente rigueur de collecte. Mais cette méthode nous permet ensuite l’analyse comparée des informations, voire leur confrontation lorsqu’elles sont contradictoires.

Précellence des sources écrites

L’autre pendant de la traçabilité est la priorité accordée à l’écrit. Finies les impressions de visite relatées par l’historien ou l’approximation des prises de notes en cours d’entretien. Les témoignages oraux sont soigneusement transcrits, puis validés par leurs auteurs.

Une confidentialité exemplaire

Historien-Conseil s’engage à la plus grande confidentialité. C’est le gage nécessaire pour établir une relation de confiance. Nous sommes convaincus qu’une fructueuse collecte d’information, y compris auprès de témoins, ne peut s’effectuer autrement.

La validation des textes par les témoins s’inscrit dans cette démarche. Au rebours des pratiques journalistiques, notre expérience témoigne du bien-fondé de cette manière de procéder, qui nous permet d’obtenir une plus grande quantité d’information.

Signaler les verrous scientifiques

Dans le cadre de notre agrément Crédit d’impôt Recherche, nous faisons toujours état au cours des recherches, des verrous scientifiques que nous rencontrons ainsi que des stratégies de contournement mis en œuvre pour tenter d’y remédier. Qu’il s’agisse de vide archivistique, de difficultés de déchiffrement ou de traduction, notre transparence méthodologique fait partie de notre déontologie.

Les atouts d’une histoire d’entreprise sincère

Grâce à nos méthodes, nous retraçons l’histoire de votre entreprise de façon objective et sûre. À vous ensuite de choisir ce que vous voulez en communiquer, et comment. Nous vous guiderons dans l’élaboration de votre livre d’entreprise à destination du public de votre choix. Historien-Conseil est cependant convaincu qu’une histoire sincère est toujours un atout. L’effort de verbalisation est, en histoire comme dans bien des domaines, un exercice libératoire. Et une solide contextualisation, une rédaction précise et élégante peuvent expliquer bien des événements.

Une histoire sincère est une histoire qui vous ressemble. Un récit juste et solide de votre passé sera le meilleur ambassadeur de votre avenir. Alors, n’hésitez plus, osez l’aventure de votre histoire ! Contactez-nous !